Vivre et travailler avec des cultures différentes

Image article - Vivre et travailler avec des cultures différentes

Qui ne s’est pas déjà confronté à une autre culture ? Que ce soit lors d’un voyage à l’étranger, dans la rue, au travail, sur internet… on est constamment connecté à d’autres cultures. Cette question touche les individus dans leur vie tant personnelle, que professionnelle, mais aussi les entreprises et toutes sortes d’organisations. La culture d’un individu se construit généralement et principalement à partir de trois influences: l’héritage culturel génétique et social est le socle de notre culture. L’éducation reçue dans notre enfance renforce cet héritage qui sera par la suite enrichi par les expériences vécues, les champs culturels auxquels nous sommes exposés au cours de notre vie. Concernant l’héritage culturel, les traditions ou coutumes désignent les pratiques ou savoir hérités du passé et répétés de génération en génération. Elles illustrent l’histoire des peuples et sont une véritable richesse sans cesse cultivée par les pays et sociétés d’aujourd’hui. Voici ci-dessous quelques traditions insolites du monde.

Italie

1. Qu’est ce qu’un café suspendu ?
Dans les bistrots napolitains, le «caffé sospeso», ou «café suspendu» en français fait référence à une pratique altruiste. Les clients aisés ou simplement de bonne humeur règlent deux espresso au comptoir pour n’en boire qu’un. Le second est réservé à un anonyme dans le besoin qui pourra en faire la demande.

2. Le ciel nous tombe sur la tête !
Durant les fêtes de fin d’année, une coutume pratiquée dans certaines régions d’Italie consiste à jeter tout ce dont on veut se débarrasser afin d’oublier l’année passée et d’en commencer une nouvelle sur de bonnes bases.

3. Faites attention à vos oreilles !
Lors des anniversaires, il est un rituel familial comique mais douloureux qui exige de tirer les oreilles du fêté un nombre de fois identique à son âge.

4. Un repas à rallonge…
Chaque repas comporte cinq étapes : antipasto, primo-piatto, secondo-piatto, fromaggio, dolci, comprenez : entrée, premier plat, second plat, fromage et dessert.

Grèce

5. Une robe de mariée qui vaut une fortune !
Afin de lui souhaiter richesse et prospérité, des billets de banque sont généralement attachés sur la robe de la mariée.

6. La petite souris de Grèce.
Il n’y a pas de petite souris quand un enfant perd une dent en Grèce. Les petits Grecs vont placer leur dent perdue sur le toit de la maison. Cette coutume est censée porter chance et garantir la bonne santé de la future dent.

Chine

7. Attention aux cadeaux empoisonnés !
En Chine certains objets ou cadeaux sont traditionnellement associés à la mort, et réservés aux  enterrements, parmi lesquels : les fleurs (elles sont associées au deuil), les mouchoirs (pour pleurer), les montres (qui symbolisent le temps qui passe) et les sandales en paille…

8. Quelques superstitions…
La veille du Nouvel An en Chine, on finit de préparer tout ce qu’on mangera au réveillon et le jour du nouvel an car il ne faut pas utiliser d’instruments tranchants le jour de l’an de peur de couper la chance. Après avoir soigneusement nettoyé la maison, on range les balais car on pense qu’en balayant le jour de l’an, on pourrait balayer la chance avec la poussière. Le 7ème jour du Nouvel An, on mange des « nouilles de longévité » (cháng shòu miàn) qui doivent être les plus longues possibles pour apporter une longue vie.

Japon

9. Pourquoi pas aller au fast-food pour le repas de Noël ?
La cuisine japonaise est renommée partout dans le monde. Pourtant à Noël, nombreux sont les Japonais à se rendre dans un KFC, fast-food américain célèbre pour son poulet frit, depuis une fameuse campagne marketing de 1974. Les ventes de KFC sont alors multipliées par 5 à 10.

10. Une fête sur le thème du pénis !
Chaque printemps, les habitants de Kawasaki fêtent la fertilité grâce à un festival dédié au pénis ! Le Kanamara Matsuri est une fête de la fertilité qui a lieu à Kawasaki au Japon chaque année en mars/avril. Le thème de la fête, c’est le pénis, qui est représenté sous toutes les formes : défilé de pénis géants, images, bonbons, légumes, décorations… Il est partout !

Pays-Bas

11. Ne chantez pas à table et gardez le sel pour vous !
Aux Pays-Bas, il est déconseillé de chanter à table. C’est comme si vous chantiez avec le diable. De plus, on ne prête pas son sel à son voisin. Ça porte malheur !

Etats-Unis

12. Un mur collectionneur de chewing-gum.
Le mur le plus sale du monde se trouve à Seattle, dans une petite rue. Si à Paris, la tradition voulait jusqu’à il y a peu que les amoureux déposent un cadenas sur le pont des Arts, là-bas, il s’agit de coller un chewing-gum sur ce mur!

13. Des maisons anti-sorcière.
Dans l’état du Vermont, au nord-est des Etats-Unis, certaines maisons ont été construites sur la base de spécificités architecturales locales: des fenêtres ont été installées en diagonale sur le mur de pignon, parallèles au toit… pour que les sorcières ne puissent y entrer chevauchant leur balais!

Ecosse

14. Des poissons pourris et de la boue, vive la mariée !
En Écosse, avant qu’une femme ne se marie, ses amis et ses proches la recouvrent de diverses immondices, toutes plus répugnantes les unes que les autres. Poissons pourris, sauces, lait tourné, boue, tout est bon pour rendre la mixture la plus répugnante possible. On dit que si la future mariée peut survivre à ça, elle pourra survivre aux affres du mariage!

Maroc

15. 7 robes différentes !
Pour les sept jours initiaux du mariage, la tradition imposait le port de sept robes à la mariée représentant les sept régions du Maroc. La tenue pour le jour du henné était un caftan vert et doré, la takchita blanche symbole de la pureté était la robe d’ouverture, la fassiya (de Fès) était blanche, dorée, verte ou rouge, la r’batia (de Rabat) de couleur bleue, la sahraouia (du Sahara marocain) était une m’lehfa composée d’un long tissu enroulé autour du corps, la soussia (ou tenue berbère), originaire du Souss robe très colorée pleine de motifs, le mejdoub, caftan doré et brodé.

Egypte

16. Évitez d’assaisonner votre assiette !
Lors d’une invitation à un repas en Égypte, il faut éviter de saler son plat. En effet, assaisonner le contenu de son assiette peut être considéré comme insultant par son hôte qui pensera que sa cuisine n’est pas appréciée…

Allemagne

17. De la vaisselle cassée pour chasser les mauvais esprits.
La veille de la cérémonie de mariage, les proches des futurs mariés sont invités au domicile du couple pour casser un maximum de vaisselle. Ensuite le futur couple doit tout ranger ensemble dans le but de s’unir encore plus, d’éloigner les mauvais esprits et de congédier les disputes pour la vie…

Hongrie

18. Interdiction de trinquer avec son verre de bière.
Au XIXe siècle, les Hongrois ont tenté de se soulever face aux troupes de l’empire d’Autriche et ce n’est rien de dire que cela n’a pas du tout plu à l’empereur. Son armée a infligé une sévère défaite au peuple hongrois. Pour fêter leur succès, les historiens racontent que les soldats autrichiens ont levé leur pinte de bière et trinqué à la défaite des Hongrois. Depuis, en Hongrie, c’est mal vu de trinquer avec son verre de bière…

Danemark

19. Des chaussettes trouées en gage de fidélité.
Au Danemark, le marié doit trouer sa chaussette. Et s’il ne le fait pas, ses invités s’en chargeront pour lui. La raison ? Selon les Danois, avec une chaussette trouée plus aucune femme ne voudra de cet homme, de fait il sera forcément fidèle à son épouse…

Norvège

20. Manger avec les doigts? Non merci.
En Norvège, les bonnes manières à table sont extrêmement importantes. La plupart des repas – y compris les sandwichs – sont consommés en utilisant des couverts.

Suède

21. Marcher sur les plaques d’égouts peut apporter chance ou malheur.
En Suède, on trouve dans la rue deux types de plaques d’égouts : celles marquées A pour “avlopsvatten”, soit “eaux usées”, et celles marquées K pour “kallvatten”, soit “eau potable”. Les Suédois interprètent aujourd’hui le K comme “kärlek”, soit “l’amour”, et le A comme “avbruten”, soit “amour brisé”. Ainsi, la superstition veut que si on marche sur un K, la chance protégera sa vie amoureuse, par contre si on marche sur un A,…

Colombie

22. Les valises sont prêtes dès le 31 décembre.
Les Colombiens aiment visiblement voyager. Pour que leur année soit riche en voyages, le 31 décembre à minuit, ils déambulent autour de leur maison avec une “maleta” vide – une valise – ou la déposent sur le pas de leur porte. Ainsi, ils sont prêts à tout moment à recevoir les bonnes ondes du dieu du voyage et à décoller pour une nouvelle destination !

France

23. La galette des rois.
La galette des rois est une galette traditionnellement élaborée et consommée dans une majeure partie de la France, au Québec, en Acadie, en Suisse, au Luxembourg, en Belgique et au Liban à l’occasion de l’Épiphanie, fête chrétienne qui célèbre la visite des rois mages à l’enfant Jésus, célébrée le 6 janvier de chaque année. Cette galette est aussi parfois appelée parisienne !

24. Les poissons d’Avril.
Un poisson d’avril est une plaisanterie que l’on fait le 1er avril à ses connaissances, à ses amis et sa famille. Il est aussi de coutume de faire des canulars dans les médias, aussi bien presse écrite, radio, télévision que sur Internet. Pour les enfants, il consiste à accrocher un poisson de papier dans le dos des personnes dont on veut se moquer !

Edward T. Hall, de son nom complet Edward Twitchell Hall (1914-2009) est un anthropologue américain qui fut le premier à populariser la notion de d’inter-culturalité ainsi que la notion de haut contexte et bas contexte reposant sur les relations sociales des différentes cultures.

Les cultures à fort contexte sont celles où les relations sociales sont très étroitement liées et où la communication ne concerne pas exclusivement la transmission d’informations mais également la transmission d’émotions. Ainsi de nombreux facteurs, autres que le dialogue pur et dur, sont pris en considération. Cette communication non verbale peut reposer sur la gestuelle, l’intonation, la posture ou encore la distance entre les interlocuteurs.

Les cultures à faible contexte ont, à l’opposé, une communication directe où la clarté du message est au centre de la conversation et où les facteurs non explicites sont délaissés.

En guise d’illustration, prenons l’exemple du médicament Rinogrip:

  • Sur sa notice d’utilisation, on peut y lire « MODE ET VOIE D’ADMINISTRATION: Voie orale. Les sachets doivent être pris dans une quantité suffisante d’eau, froide ou chaude. Au cours des états grippaux, il est préférable de prendre ce médicament dans de l’eau chaude le soir.« 
  • Qu’est-ce qu’une quantité « suffisante » d’eau ? Juste assez pour faire fondre la poudre ? Ou bien 10cl, 20 cl, ou plus? Bref, il y a des informations à deviner (la notion de quantité suffisante) et d’autres à interpréter (le moment pour prendre le médicament, dans de l’eau chaude ou froide).
  • Ce style de communication s’apparente à ce qu’on appelle un fort contexte : l’émetteur du message attend du destinataire qu’il devine l’information exacte. Cela pose bien évidement parfois des problèmes et des malentendus à maîtriser notamment lors des enjeux de sécurité. Imaginez par exemple un pilote de ligne qui lirait dans son manuel d’instruction : Vol Paris-New York. Les réservoirs doivent être remplis avec une quantité suffisante de kérosène.