Peut on considérer la musique comme une langue?

Image article - Peut on considérer la musique comme une langue?

Tout d’abord, pour bien comprendre le raisonnement, il est crucial de définir ce qu’est un langage. Quels sont les caractéristiques d’un langage? Henry Sweet, un phonéticien Anglais et spécialiste des langues a déclaré «Le langage est l’expression de ses idées par le moyen de sons combinés ensemble pour construire des mots. Les mots sont combinés ensemble pour former des phrases, cette combinaison répondant à celle des idées transformées en pensées». Les linguistes Américains Bernard Bloch et George L. Trager ont, quant à eux, formulé une autre définition: «Un langage est un système de symboles vocaux arbitraires au moyen duquel un groupe social coopère».

On se pose donc la question, est ce que la musique peut être considérée comme une langue?

Comme toutes les langues plus traditionnelles, la musique possède une syntaxe, un certain nombre de règles qui ordonnent et régissent les éléments comme les notes, les sons, les accords ou encore les intervalles. Le ton ou la tonalité de l’oeuvre musicale qui gouverne la mélodie et les harmonies ainsi que les rythmes associés transmettent des émotions. En fait, toutes les caractéristiques et spécificités d’un langage sont aussi applicables à la musique et sont détaillés ci-dessous.

En règle générale, un langage se construit sur la base de sons divers avec leur équivalents graphiques ou symboles (e.g. via les lettres d’un l’alphabets) utilisés pour désigner des objets, des occurrences, des pensées ou des significations. Ces symboles sont choisi arbitrairement et sont conventionnellement acceptés et utilisés. Est-ce le cas pour la musique?

La musique possède un «alphabet» et des «lettres»

D’après la théorie de la musique traditionnelle également appelée «Solfège», la plupart des pays du monde utilisent la convention de dénomination «Do – Re – Mi – Fa – Sol – La – Si» pour les notes de musique que nous considérerons dans cet article comme des «lettres». Chaque note de musique est représentée par un symbole sur une partition (personne ne peut le nier).

La musique a une «conjugaison»

La durée relative d’une note de musique est représentée par différentes textures ou formes qui peuvent être considérés comme une sorte de conjugaison.

Bien sur, si on compare avec les langues parlées plus traditionnelles, la situation est un peu différente ici du fait que la conjugaison s’applique aux «lettres» alors que dans les autres cas, la conjugaison s’applique aux mots/verbes. Mais au fait, y a-t-il des «mots» ou «phrases» en musique? Il n’y a pas de réelle bonne réponse mais nous allons essayer de démontrer que oui. Chaque mesure d’une partition peut être considéré comme un «mot» et donc un groupe de mesures peut former une phrase. Dans la pratique, les phrases musicales sont souvent composées de quatre mesures aboutissant à une cadence plus ou moins précise.

La musique utilise aussi des «accents»

De manière générale, les accents apparaissent au dessus ou en dessous de la lettre, ou parfois à d’autres positions comme sur la lettre ou entre deux lettres. L’utilisation de ces accents a pour principal objectif de changer l’intonation ou le son de la lettre sur laquelle ils sont ajoutés. Et bien même en musique les lettres/notes ont des «accents». En effet, les signes d’altérations comme les dièses, bémols etc… remplissent exactement ce rôle:

Bémol – «Accent» ou signe d’altération destiné à indiquer sur une partition de musique un abaissement d’un demi-ton chromatique de la hauteur naturelle des notes associées.
Dièse – «Accent» ou signe d’altération destiné à indiquer sur une partition de musique une augmentation d’un demi-ton chromatique de la hauteur naturelle des notes associées.
Bécarre – «Accent» ou signe d’altération destiné à indiquer sur une partition de musique l’annulation de l’effet de toutes les altérations précédentes (qu’elles soient simples ou doubles, constitutives ou accidentelles) et rend à une note sa hauteur naturelle.

La musique est représentée sur une partition à l’aide de «signes de ponctuations»

La ponctuation est l’utilisation des espaces, signes et certains symboles typographiques comme aide à la compréhension et à la lecture correcte de textes écrits à la main qu’ils soient lus en silence ou à haute voix. En musique la «ponctuation» est très importante. Exemple de quelques signes très fréquemment utilisés:

La portée ou la tablature – la base fondamentale de la notation musicale, sur laquelle les symboles sont placés.
Les barres de reprises – signes permettent de répéter un passage. Il faut concevoir les barres de reprises comme des miroirs: le passage entre les deux barres de reprises est joué deux fois.
La barre de mesure – signe utilisé pour délimiter les mesures (et donc pour séparer chaque «mot»).
La clef (ou clé) – signe graphique placé au début de la portée qui indique la hauteur des notes associées à chaque ligne. Il existe trois figures de clefs : la clef de sol (représentée en image à gauche), qui indique le sol qui concerne les sons aigus, la clef d’ut qui concerne les sons du médium, enfin, la clef de fa, qui concerne les sons graves.
L’armure — ou l’armature — est un ensemble d’altérations réunies à la clé. Elle est composée soit exclusivement de dièses, soit exclusivement de bémols. Ces altérations correspondent à la tonalité principale des mesures suivant la clé.

En résumé, la musique a un alphabet, huit lettres distinctes (les notes de musiques), une conjugaison, des accents et beaucoup de signes de ponctuation représentés sur une partition à l’aide de symboles. C’est déjà une première étape importante dans cette analyse avant de considérer officiellement la musique comme une langue à part entière n’est-ce pas?

Bien que les langues se représentent à l’aide de signes et autres éléments graphiques, ces symboles sont arrangés et ordonnés selon un système particulier. Tous les langages fonctionnent grâce à un système de règles lui même composé de sous-systèmes. Par exemple, dans le système grammatical, il y a des systèmes morphologiques et syntaxiques, et au sein de ces deux systèmes, il y a des sous-systèmes tels que ceux du pluriel, de l’humeur, de l’aspect, du temps, etc…

Comme pour tous les langages, la musique possède une théorie – le Solfège – équivalent des règles de grammaire – qui peut être très complexe à comprendre pour un débutant. Pour bien fonctionner, une symphonie nécessite du rythme, une mélodie, un timbre, des harmonies, des consonances, des dissonances etc… Un compositeur a besoin d’une connaissance accrue des règles et de la théorie musicale pour «créer» des accords qui ne sonneront pas de manière «étrange» à l’oreille…

De manière générale, un langage se base principalement sur des sons vocaux ce qui est la même chose pour la musique. Les nuances sont des signes notés sur une partition (e.g. Pianissimo, Piano, Mezzo Piano, Mezzo Forte, Forte, Fortissimo) qui indiquent l’intensité relative d’une note, d’une phrase, ou encore d’un passage entier d’une œuvre musicale. Les nuances permettent au musicien de restituer la dynamique de l’œuvre lors de son interprétation.

Dans l’exemple ci-dessus, le même «mot» n’a pas la même nuance et ne sera donc pas interprété de la même manière ou avec le même volume sonore. C’est exactement la même chose avec les autres langages où un même mot peut être chuchoté, prononcé normalement, crié…

L’usage des langues est l’un des moyens de communication les plus puissants et pratiques entre communautés et entre groupe sociaux. Les éléments/symboles non linguistiques comme la gestuelle, les signaux de toutes sortes, les feux tricolores, les signes routiers, les drapeaux, l’alphabet en braille, les symboles mathématiques, etc… sont aussi des moyen de communication, mais ils ne sont pas aussi flexibles et compréhensifs que les langages traditionnels. Est-ce tiré par les cheveux de penser qu’on peut communiquer avec la musique?

En fait, toutes les œuvres musicales démontrent que les musiciens communiquent entre eux à travers le son de leurs instruments. Un orchestre est un ensemble instrumental typique de la musique classique, qui mélange des instruments de familles différentes: les instruments à cordes comme les violons, altos, violoncelles; les instruments à vents qu’ils soient en bois ou en cuivres comme par exemple les flûtes, clarinettes, trompettes, hautbois; les percussions comme par exemple les batteries, charleston, etc… Ecoutez ce concerto de J.S. Bach pour hautbois et violon – BWV 1060 – Adagio, vous réaliserez sans doute que le hautbois et le violon interagissent et communiquent ensemble…

Les langages sont effectivement des phénomènes sociaux. De manière générale, une langue est utilisée par les individus pour communiquer en communauté dans un but de sociabiliser ou d’échanger des idées, des informations,… Les langages existent en société comme moyen de nourrir et développer les cultures et d’établir les relations humaines.

Si vous n’êtes toujours pas convaincus de l’aspect phénomène sociale de la musique, nous vous invitons à assister un concert d’un grand artiste.

Concernant les langages traditionnels, les éléments qui les composent (vocabulaire, conjugaison, grammaire etc…) peuvent souvent être combinés entre eux ou légèrement modifiés pour créer des nouvelles paroles, sons, de nouveaux mots que ni le locuteur ni le récepteur n’avait jamais prononcé ou entendu auparavant mais qu’ils comprennent sans difficultés. Par exemple lorsqu’on prononce le mot «libérance» qui n’existe pas dans la langue française (faisant référence au mot «libération»), on en comprend quand même le sens malgré tout. Aucun langage ne s’est créé en un seul jour et ce sont ces petites erreurs de langages ou changement d’habitude qui petit à petit les font évoluer. En effet, les langues sont le résultats des conventions et de leurs évolutions, chaque génération les transmettant à la suivante. La musique est un bon exemple de créativité, complexité et a fait un long parcours depuis sa création. Il est bien sur difficile de dire le moment exact quand la musique a été créée mais une chose est sure, comme toutes les langues elle a énormément évolué. Pour s’en convaincre, la vidéo suivante montre l’évolution de la musique au fil du temps.

Conclusion

Sur la base des caractéristiques présentés dans cet articles, la musique est bel et bien une langue fantastique à part entière et est même considérée par certain comme étant le plus universel de toutes les formes d’arts. Le sens littéral du mot «musique» selon n’importe quel dictionnaire est «art de combiner des sons d’après des règles (variables selon les lieux et les époques), d’organiser une durée avec des éléments sonores».